La presse en parle...

Le Républicain

Vayres-sur-Essonne : les étangs s’ouvrent au public

Par Maxime Chataigner -  20 février 2019 

            

Un espace paisible désormais accessible au public.

Acquis en 2008 par la municipalité, les étangs sont désormais accessibles. Les premiers aménagements ont été inaugurés ce samedi 16 février.

Se balader le long des étangs de Vayres-sur-Essonne, flâner et atteindre les berges de la rivière Essonne, c’est désormais une réalité. Des travaux de cheminements jusqu’aux anciennes cressonnières et entre les deux étangs ainsi que la mise en place d’un ponton d’observation ont permis cette ouverture au public. « L’idée a été de rendre accessible ce lieu sauvage, avec 150 mètres de berges, explique Jocelyne Boiton, maire, lors de l’inauguration ce samedi 16 février. Ces étangs ont été achetés en 2008 et ce projet commence à se concrétiser. »

Une passerelle jusqu’à Boutigny pour 2020

« Ces trois hectares, avec deux étangs, ont un intérêt écologique très fort. C’est un endroit à préserver », reprend Annabelle Rosel, chef du service Rivière et Milieu naturel au Siarce (Syndicat de gestion des rivières et des eaux usées). Le syndicat a enfilé le costume de maître d’ouvrage. « Notre volonté est de créer un cheminement piéton du Malesherbois jusqu’à Corbeil (…)

 

Vayres-sur-Essonne : les anciens bâtis cressicoles aménagés en lieu de promenade

>Île-de-France & Oise>Essonne|Julien Muller|17 février 2019, 15h33|

Vayres-sur-Essonne, samedi 16 février. La Ville a inauguré un nouveau lieu de promenade, à deux pas de la cressonnière Sainte-Anne. LP/J.M.

Vayres-sur-Essonne a inauguré samedi matin son nouveau lieu de promenade, au milieu des étangs communaux et près des cressonnières.

Une balade à deux pas de la plus vieille cressonnière d’Essonne. C’est désormais possible pour les randonneurs ou promeneurs du dimanche. Ce samedi matin à Vayres-sur-Essonne, un nouveau lieu de promenade situé sur un espace de 3,3 ha, au milieu des étangs communaux, a été inauguré.

Aménagée en partenariat avec le Syndicat intercommunal d’aménagement, de réseaux et du cycle de l’eau (SIARCE), cette promenade n’est que la première phase d’un projet tripartite dont l’achèvement est prévu pour 2021, et qui fait partie du programme pluriannuel de valorisation des berges de la rivière Essonne. Commencés en septembre dernier, les travaux d’aménagement ont, au total, coûté 128 000 €, dont 40 500 ont été financés par le conseil départemental et 18 000 € proviennent des fonds de la Communauté de Communes du Val d’Essonne (CCVE).

La région remet en valeur ses territoires ruraux

De plus, dans le cadre de l’appel à projets « Plan Vert », la ville a reçu une subvention de 49 000 € de la région Ile-de-France. « Cet appel à projets lancé par la région a pour but d’ouvrir 500 ha d’espaces verts en Ile-de-France d’ici 2021, explique Jean-Philippe Dugoin-Clément (UDI), vice-président du conseil régional d’Ile-de-France. C’est la démonstration que la région ne se contente plus d’investir qu’à Paris et en petite couronne. Il s’agit d’un juste retour vers les territoires ruraux qui ont trop longtemps été oubliés », poursuit-il. D’ici 2021, « aucun Francilien ne devra se trouver à plus de quinze minutes d’un espace vert accessible », assure le vice-président.

L’aménagement des berges de l’Essonne est l’un des dossiers retenus par cet appel à projets. Le SIARCE, maître d’ouvrage, a élaboré un programme pluriannuel d’actions, dont la création de ces promenades constitue la première phase. « Pour cette première étape, nous avons créé des chemins, mis en place des passerelles, des tables de pique-nique ou encore un observatoire pour dessiner tout un itinéraire de promenade au public, détaille Xavier Dugoin, président du SIARCE.

Deux autres phases de travaux

La deuxième phase, qui est déjà financée et programmée, aura pour but de relier Vayres-sur-Essonne à Boutigny-sur-Essonne d’ici 2020, grâce à une passerelle ». Coût de l’opération : 400 000 à 500 000 euros.

-

Vayres-sur-Essonne, samedi 16 février. Des petits pontons ont notamment été mis en place pour permettre au public de se promener sur plus de 3,3 ha. LP/J.M.

Une troisième et dernière phase permettra la création d’un mini-musée sur la cressiculture, dont « la Vallée de l’Essonne est l’un des principaux berceaux », confie Mikaël Morizot, responsable de la cressonnière Sainte-Anne, née en 1854 à Vayres-sur-Essonne.